DYSFONCTIONNEMENT HOPITAL DE FUMAY

Le 06/03/2020

Dans ASMUP INFOS

voici le courrier que nous avons reçu des représentants du syndicat CGT de l'Hôpital de FUMAY nous informant sur la situation difficile que connait actuellement certain service

 

 

LE SYNDICAT C.G.T.

Hôpital local de Fumay 30, place du Baty 08170 Fumay

Téléphone : 03 24 36 26 27

 

 
 

 

 

Le syndicat CGT du centre hospitalier de Fumay

 

Objet : situation critique du centre hospitalier de Fumay

 

Madame, Monsieur,

 

Nous nous permettons d’attirer votre attention sur un dysfonctionnement important que nous souhaitons porter à votre connaissance.

Quelques explications :

Le Contrat local de santé initié par la communauté de communes Ardennes-Rives de Meuse prévoit la mise en place d’un service de consultations non programmées à l’antenne Smur, l’ouverture de ce service étant prévue en 2020 serait reportée d’une année.

Depuis un peu plus d’une année, les postes d’infirmières attribués aux consultations externes/soins de suite après urgence/ et soins externes ont été retiré au bénéfice des services d’hospitalisation. A ce jour, ces postes n’ont pas été repourvus.

Quel était le travail de ces infirmières ?

  • Les soins post-urgences (ablation de plâtre, pansements, réfection des pansements chez des jeunes enfants sous protocole d’analgésie…).

  • Des soins externes : les professionnels de santé libéraux adressant des jeunes enfants pour prise de sang par exemple, réalisation de saignées chez des adultes, etc.

  • L’accueil des personnes se présentant pour un soin urgent non programmé (adressé ou pas par le 15). Dans le cas où l’équipe Smur est en intervention, cette infirmière évaluait la situation et appliquait des soins définis dans les protocoles de prise en charge, après contact avec le médecin régulateur du centre 15 si la situation le nécessitait.

  • Participation aux consultations spécialisées : aide aux médecins spécialistes pour la réalisation des examens spécialisés (électrocardiogramme, épreuve d’effort, exploration fonctionnelle respiratoire).

Bref, ce travail infirmier pouvait très bien être intégré dans le futur service de soins non programmés. Au lieu de laisser en place ce personnel infirmier, l’administration dans une logique comptable a préféré le retirer.

Et pourtant, l’intérêt principal de laisser ce personnel en place, était de permettre à ces professionnels de santé d’acquérir une solide compétence professionnelle et de maintenir ses connaissances, tout ceci contribuant à une qualité des soins et d’autre part, participe au service rendu à la population, service que tout usager est en droit d’attendre d’un hôpital public. Obligation de moyen oblige.

Depuis le retrait de ces personnels infirmiers, lorsqu’une personne se présente à l’hôpital pour un problème, une infirmière de médecine est appelée pour assurer la prise en charge, abandonnant ses soins en cours.

Souvent, c’est du personnel infirmier professionnellement jeune, recruté en contrat, qui devant ces situations, n’est pas toujours à l’aise.

C’est le même cas pour l’aide aux consultations spécialisées.

C’est peut-être ce qui fait que ces personnels infirmiers ne restent pas…

Cerise sur le gâteau, le médecin-chef du SAMU08 a demandé à ses confrères urgentistes de Fumay de ne plus convoquer des patients pour assurer les soins de suite post urgence, et ce sans donner de justificatif, hormis de brandir le leitmotiv qu’il n’y a pas de service de soins non programmés à Fumay.

Alors, quelle est la vraie raison ? Qui va assurer ces soins de suite ?

Si on considère que des professionnels de santé libéraux peuvent assurer ces soins, est-ce eux qui assureront des réfections de pansement sous Méopa (gaz analgésique), l’ablation d’un plâtre, etc ? Bref, tous les soins un peu spécifiques ou qui nécessitent une aide.

Alors, où iront ces patients ? A Manchester, avec un déplacement inutile pour un soin qui aurait pu être réalisé en local ?

Il nous semble important de vous rappeler qu’à deux reprises, la Haute Autorité de Santé, lors de ses visites à Fumay, a validé l’organisation des soins au niveau des soins de suite et consultations, la législation obligeant d’ailleurs les établissements de santé à mettre en place une organisation de prise en charge dans ce domaine.

Suite à l’énoncé de ces motifs, nous nous voyons contraints de protester contre cette organisation, protestation qui se traduira par une journée de grève le mardi 10 mars de 8h à 20h, suivi d’une grève administrative illimitée.

Nous revendiquons :

-le rétablissement du fonctionnement de l’offre de soins (soins externes, soins de suite, et consultations spécialisées) avec l’infirmière de consultation 7j/7

-le paiement des heures supplémentaires des infirmières du SMUR conformément aux engagements pris.

Cette mise au point nous semblant importante, nous prions d’agréer Madame,Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

 
×