Créer un site internet

HOPITAL FUMAY (suite)

Le 19/03/2020

Dans ASMUP INFOS

Suite à  l'action du personnel de l'Hôpital de FUMAY  de la semaine dernière pour attirer l'attention sur la situation de leurs conditions de travail et le manque de personnel nous publions ci dessous l'Intervention de l'ASMUP vers différentes instances 


 

Madame Simone GERARD

Présidente de l’ASMUP


 

Madame, Monsieur,

Honteux !

Lors de notre présence ce mardi 10 mars au matin à l’entrée du CH de Fumay en soutien des infirmières du Smur en grève, une personne âgée amenée par sa nièce s’est présentée à la porte de l’hôpital. Elle venait de chuter, présentait une plaie importante de la main, et un traumatisme de la face.

L’accueil ? Un téléphone et une affiche indiquant que pour une urgence, il fallait composer le 15, ce qui a été fait par la nièce.

La réponse du 15 : il faut aller à Manchester ou à Dinant !!!

L’équipe Smur n’était pas en intervention, donc présente et disponible et le centre 15 au courant de cette disponibilité.

De plus, l’infirmière affectée aux consultations était également présente.

Bien évidemment, les infirmières grévistes ont fait assurer la prise en charge de cette personne.

Mais en l’absence des infirmières à l’extérieur, que ce serait-il passé ? La nièce aurait dû conduire sa tante à Manchester, avec une plaie sanglante, sans au moins un pansement …

Mardi 12 mars, même situation. Une maman amène sa fillette qui venait de chuter à l’école. Elle doit se rendre à Manchester, sans être avoir été vue par qui que ce soit, alors que l’équipe du Smur était présente (mais ignorait cette situation) ainsi qu’une infirmière de consultation. Toujours le même protocole appliqué par téléphone.

Cette organisation assimilée à une fin de non-recevoir est totalement scandaleuse…et que l’ARS ne nous réponde pas qu’il n’y a pas de service de soins non programmés à Fumay. Cela n’a rien à voir. Une personne se présentant blessée ou malade à l’entrée d’un hôpital doit être prise en charge, et en fonction de son état, dirigée ensuite vers un autre établissement.

Aucune excuse, pas même celle d’invoquer le Coronavirus.

Nous adhérons à la consigne donnée d’appeler le 15 avant de se rendre à Fumay pour une urgence, ceci dans le but de savoir si l’équipe du Smur est présente et que la prise en charge soit assurée .

Par contre, nous nous insurgeons contre cette consigne lorsque l’appel est passé depuis un téléphone positionné dans le hall d’entrée de l’hôpital et que de l’autre côté de la porte vitrée se trouve du personnel soignant. Il y a quelques années, c’était une pancarte «  Smur sorti, pas de médecin, faites le 15 ».

Nous venons de faire le constat que des ordres sont donnés afin que cet hôpital ne puisse pas assurer sa fonction de soins de proximité et ce, en contradiction totale avec le contrat local de santé :

-soit, histoire de faire baisser les statistiques d’activité et ainsi avoir l’alibi pour ne pas remettre et place les postes d’infirmières,

-soit parce qu’il manque de personnel infirmier pour accueillir ces situations, et dans ce cas, c’est reconnaitre ce manque de moyens de l’hôpital.

Qui donne ces ordres ? Qui les cautionne ? Il serait intéressant de le savoir…

Quoiqu’il en soit, nous considérons à l’ASMUP :

- qu’il est primordial et urgent que les postes d’infirmières de consultations soient remis totalement en place dans les meilleurs délais,

- que lorsqu’un appel est passé au 15 depuis le téléphone situé dans le hall de l’hôpital, le permanencier du Samu sache que le demandeur est à l’hôpital,

- que lorsque l’équipe Smur est disponible, elle soit avertie de la présence d’une urgence,

- qu’en cette période de situation d’épidémie de Coronavirus, il est inconcevable que des personnes se présentant pour des soins urgents pouvant être faits à Fumay soient adressés systématiquement aux urgences de Manchester. Il est préférable d’éviter d’une part une contamination, et d’autre part de ne pas générer une activité supplémentaire à un service qui est fortement sollicité en ce moment.

-qu’entre les belles intentions du contrat local de santé et la réalité, il existe un sérieux fossé.


 

Nous vous prions d’agréer Madame Monsieur, l’expression de nos salutations les meilleures.


 

Madame Simone GERARD


 

Destinataires

  • Monsieur Pierre CORDIER, député des Ardennes

  • Mesdames et messieurs les maires des cantons de Revin et Givet

  • Monsieur le président de la communauté de communes Ardennes Rives de Meuse

  • Monsieur Nicolas VILLENET, ARS

  • Monsieur Jean-Pierre MAZUR, directeur du Centre Hospitalier Intercommunal nord-Ardennes

  • Madame Chantal WARZEE, directrice déléguée de l’hôpital de Fumay

  • Docteur Xavier FONTAINE, médecin-chef du Samu 08

  • Docteur Mathieu GIRARDIN, responsable de l’antenne Smur de Fumay

  • Monsieur Christian DESJARDIN, président de la commission des usagers

  • Madame Michèle LEFLON, présidente du comité de défense des hôpitaux de proximité des Ardennes

  • Syndicat CGT centre hospitalier de Fumay

Copies adressées

  • Monsieur le ministre de la santé

  • Journal l’Union-l’Ardennais